Nomade Théâtre Populaire

« Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, rien de plus nécessaire que le théâtre. »

Louis Jouvet


Le spectacle vivant... rien ne le remplacera jamais, quoi de plus simple, en effet, que cette communion directe entre les hommes.
L'art ne connaît ni couleurs, ni frontières, c'est une nation cosmopolite faite de rencontres, d'échanges et de métissage, qui fait des différences sa richesse.
L'art est une fête, il est l'expression de la vie, et joue de ses feux multicolores pour émerveiller et émouvoir.
Vieux comme le monde, le théâtre répond à ce besoin de l'homme de se représenter lui-même et de s'interroger. Il ne fait pas évoluer les techniques et les sciences, ne fait pas gagner d'argent, mais, peut-être fait-il grandir le coeur humain.

Si le théâtre est donc si essentiel, comment se fait-il qu'il concerne si peu de monde au fond ? Le théâtre populaire serait-il un leurre ? La formule chère à Jean Vilar Théâtre, service public serait-elle si inaccessible ? Peut-être pas...
Toutefois, il est aussi vain de vouloir définir et enfermer le théâtre dans une acception ou une formule, que d'attraper le vent.
De projets en projets, de rencontres en rencontres, le théâtre construit son édifice sur l'éphémère.

L'artiste est un aventurier avec sa seule foi pour lanterne qui bâtit avec rien des mondes pour tous. Il écrit le théâtre avec ses tripes, son coeur, sa sueur et sa curiosité n'a d'égal que son goût des autres. L'action est sa nourriture et la prise de risque son pain quotidien, car il préfère celui qui se lève, à celui qui, assis, commente ce qui se passe. Il conçoit son art comme le vecteur de l'épanouissement de l'être humain, de l'individu au sein de la société. Il est en lutte contre la bêtise, contre l'exclusion et l'isolement.
L'artiste n'a de raison d'être que s'il est engagé, sans quoi il serait l'instrument d'une société marchande, l'histrion ou le décorateur de cette société. Dans cette époque de crise morale et spirituelle du sens de la vie, de manque de rêves, le théâtre trouve plus que jamais sa place. Il joue un rôle social, civique et moral, satirique et esthétique, c'est du moins la conception que nous défendons.

Oui nous pensons, nous artistes, qu'il est urgent que la solidarité et l'intelligence, celle de l'esprit comme celle du coeur, soient encouragées. Nous nous associons à Vaclav Havel pour affirmer la tolérance et dire qu'une guerre a lieu, ...une guerre sans armes, entre ceux qui détestent et tuent les autres, parce qu'ils sont différents, et les hommes de théâtre qui soulignent la nature unique de l'être humain, et rendent possible le dialogue..., car ils luttent contre l'exclusion.